Le no-code

Souvenez-vous de ce collègue qui avait fait l'outil parfait avec Access.

Le no-code et le low-code sont des outils permettant aux utilisateurs de réaliser eux-mêmes les logiciels dont ils ont besoin.

Au lieu de coder, on configure, on drag-and-drop, on clique et voila. Plus besoin de développeurs coûteux !

Ce n'est pas nouveau.

On se souvient tous d'un gars dans la boîte qui était à l'aise avec MS-Access et qui avait fait l'outil génial que tout le monde utilisait.

Puis c'est devenu trop gros et ça plantait lorsque trop de personnes l'utilisaient en même temps. On a changé de version de Windows. Et le gars est parti sur un autre job. Et l'outil génial est mort…

De l'eau a coulé sous les ponts depuis, et les outils no-code sont revenus en force avec l'émergence des méthodes "lean" consistant à valider une idée par un prototype engageant peu de moyen. Et rien de mieux qu'un outil no-code pour faire soi-même le prototype.

La promesse des fournisseurs de plateformes no-code est devenue encore plus ambitieuse : celle de conserver la plateforme pour passer à l'échelle et ne jamais basculer vers un développement spécifique.

Ces outils sont majoritairement en mode SaaS, et libèrent donc les utilisateurs des contraintes techniques liées à la maintenance.

A quels usages sont-ils destinés ?

Dans un article du 27/08, David Peterson, en charge du développement commercial de AirTable, résume bien la stratégie de cette licorne du no-code qui vient à nouveau de lever 185M$ début Septembre.

This is the promise of “no code” software. Not Airbnb clones or iPhone apps (though I love them all). Internal tools.

L'objectif est bien de conquérir les systèmes d'informations internes des entreprises, en ciblant 2 types de fonctionnalités :

  • Centraliser dans une base de données structurée les informations gérées au quotidien : clients, contrats, affaires, tâches, commandes, prospects, ... Ca remplace les fichiers Excel éparpillés.

  • Automatiser les tâches répétitives à faible valeur ajoutée, comme "aller chercher les données des ventes de la veille pour les consolider dans l'outil de reporting et envoyer le rapport par mail à xxx".

Le marché des plateformes no-code s'est considérablement étoffé sous l'impulsion de nouveaux entrants mais aussi d'acteurs historiques :

  • SalesForce : créée en 1999, le géant mondial du no-code au travers de sa "Salesforce Platform"

  • Mendix (2005, acheté par Siemens en 2018)

  • Appian (1999, investissement massif vers le no-code en 2016)

  • OutSystems (créée en 2001 au Portugal, devenue licorne du low-code en 2018)

  • Microsoft Power Apps (lancement en 2016)

  • AirTable (2012)

  • Bubble.io (2012)

  • Zapier (2011)

  • Parabola (2015)

Ce n'est donc pas si récent que ça 😉.

J'observe pourtant qu'ils ne sont pas bien connus, et font parfois l'objet de fausses croyances.

En voici quelques unes.

Idée reçu #1 : les développeurs n'utilisent pas les outils low-code.

Pensez-vous que les développeurs haïssent ces maudits outils no-code qui vont prendre leur boulot ?

Au contraire !

Pourquoi ?

  1. Ces outils permettent de valider l'émergence d'un besoin, et de prototyper rapidement un début de solution. Ils facilitent le passage de l'idée à l'action avec un budget réduit. Ce sont d’excellents catalyseurs pour décider d’engager un projet plus ambitieux.

  2. Ils permettent de réaliser le backend des architectures serverless. Au lieu de coder une base de données et un serveur d'API, on s'appuie sur la plateforme no-code et on développe uniquement la partie "visible" du projet,

  3. C'est plus lucratif ! Le tarif journalier moyen d'un "consultant SalesForce" qui sait paramétrer le logiciel est jusqu'à deux fois supérieur à celui d'un développeur.

Idée reçu #2 : pas besoin de compétence spécifique lorsqu'on utilise un outil no-code

Avez-déjà essayé de réaliser une application no-code avec SalesForce ?

Qu'avez-vous ressenti face à l'étape 1 de l'écran de configuration d'un champ personnalisé ?

Ou face à l'étape 3 vous demandant de choisir la politique de sécurité parmi les 23 options possibles ?

SalesForce n'est pas un cas exceptionnel. TOUS les outils no-code deviennent vite complexes à utiliser.

Pourquoi ?

Parce que vous codez en fait !

Au bout du compte, il faut bien décrire sans ambiguité à la machine ce que vous attendez d'elle. Et il n'y a qu'un seul moyen de le faire, c'est de lui fournir un jeu d'instructions. La seule chose qui change, c'est le niveau d'abstraction.

Cliquer, cocher, déplacer, configurer ne sont que des synomymes de "coder" avec un niveau d'abstraction différent. Et certains écrans no-code deviennent presque aussi complexes que les lignes de codes qu'ils remplacent.

C'est la raison pour laquelle certains outils développés en no-code sont étroitement liés à l'utilisateur qui les a configuré.

Et lorsqu'il part, c'est la crise.

Idée reçue #3 : c'est moins cher.

Le modèle de tarification des plateformes no-code est sous la forme d'un abonnement mensuel qui dépend du nombre d'utilisateurs et des fonctionnalités souhaitées.

Exemples :

  • AirTable : 20$/mois/utilisateurs pour l'offre pro (la seule permettant de faire des apps),

  • SalesForce Platform : 25€/mois/utilisateurs pour 10 types d'objets personnalisés et 100€/mois/utilisateurs au-delà.

Une entreprise avec 10 utilisateurs dépense donc chaque année 3000€, après avoir investi du temps (formation, configuration) pour mettre en place le projet.

Hormis les cas ou l'entreprise dispose déjà d'un abonnement, ça vaut la peine de faire le calcul avant !

Dans un outil no-code, le paramétrage et les données ne vous appartiennent pas vraiment. Même s'il existe des fonctions d'export, l'application no-code développée ne fait pas partie du patrimoine de l'entreprise.

Et si la plateforme ferme son service, l'application s'arrête avec elle.

"Ca n'arrive jamais lorsqu'on travaille avec des géants du secteur".

Vraiment ?

Alors pensez à ceux qui ont choisi l'outil Google App Maker pour leur projet. Ils ont appris fin Janvier que ce service serait fermé dans un an suite au rachat de AppSheet...

For active apps, transition the functionality to another product. Your app can't be directly migrated to another platform, but AppSheet, Apps Script, Google Forms, and App Engine offer many similar features.

En synthèse, les plateforme no-code ou low-code :

  • s'orientent vers le marché des applications d'entreprise, plus lucratif,

  • permettent aux utilisateurs un peu geek de centraliser les données et d'automatiser les processus,

  • permettent aux développeurs de bootstraper des projets, et d'évoluer vers un positionnement de consultant,

  • génèrent un risque de perdre la maîtrise de ses données et de ses processus en raison la forte dépendance au propriétaire de la plateforme ("vendor lock-in").

Bonne semaine !

— Hervé


Si vous aimez cette newsletter et que quelqu’un dans votre entourage pourrait lui aussi l’apprécier, vous pouvez lui partager 👇

Partager

Si vous êtes tombés par hasard sur cette newsletter et que le contenu vous intéresse :